samedi 3 septembre 2016

La relation franco-algérienne au regard de l’analyse de politique étrangère

[Extrait du numéro 81 de Questions Internationales]



La relation franco-algérienne serait si “passionnelle” (DUBOIS, TABET, 2015) qu’elle en deviendrait “infernale” (TUQUOI, 2007). Comment prétendre encore la dépassionner, oublier le passé pour construire l’avenir – comme l’ont promis pratiquement tous les présidents français de la Ve République –  lorsqu’on en connaît la toile de fond historique, ses plaies, ses chiffres ? Car elle participe de ce phénomène qui reste l’un des plus indéchiffrables dans les relations internationales : la relation de politique étrangère post-coloniale. Une relation faite de passion, d’intimité, de nostalgie pour certains, de haine pour d’autres, sentiments d’autant plus persistants qu’ils sont entretenus par de nombreux acteurs toujours en vie de part et d’autre de la Méditerranée.
Pour beaucoup d’Algériens, la France reste un référentiel dont certains segments de la société continuent de suivre l’actualité, des arcanes politiques jusqu’aux programmes de télévision ; de la politique des visas jusqu’aux artistes en vogue. La classe politique française, encore sous François Hollande, compte de nombreux ténors nés en afrique du Nord : c’est un ministre important qui vient visiter pour la première fois un cimetière français d’Oran où une partie de sa famille est enterrée ; c’est un haut fonctionnaire de police qui s’échappe d’une visite officielle pour appeler son père en France et lui dire, dans l’émotion qu’on imagine : « je suis devant la maison ».[1]
Que nous apprend cette relation franco-algérienne du point de vue de l’analyse de la politique étrangère ? Le couple Paris-Alger donne d’abord à voir un cas de dilemme « rupture impossible, normalisation improbable », qui n’est pas rare : la densité de l’interaction est si forte entre les deux pays que l’on ne saurait aller à la rupture, ni même se laisser aller à l’ignorance mutuelle. Mais le poids du passé est tel que cette interaction ne peut se banaliser.[2] Par ailleurs, elle offre un mélange de réalisme (le poids des intérêts et des appareils d’Etat) et de construction sociale de la réalité (perceptions des rôles et des identités), à ravir les théoriciens. Elle met également aux prises les acteurs, qui tentent d’imprimer leur marque sur cette relation, et le système (international ou régional), qui unit la France et l’Algérie dans un même contexte méditerranéo-sahélien de sécurité. La spécificité franco-algérienne réside dans le cumul de ces incertitudes, qui rend toute anticipation prospective pour le moins difficile.


[1] Ch. Dubois, M-Ch. Tabet, Paris Alger. Une histoire passionnelle, Stock, Paris, 2015, p.87 et sqq.
[2] Voir http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/03/18/algerie-france-memoires-sous-tension_1669417_3212.html

lundi 29 août 2016

L’OTAN peut-elle se passer de la Turquie ?

Le 25 août, l’armée turque lance une opération sur le sol syrien, appuyée par les forces aériennes de la coalition internationale, pour repousser l’Etat islamique hors de la ville de Jarablus, proche de la frontière turque.

Dans Le Monde daté du 26 août

Cela fait bien longtemps, en réalité, que la relation entre Ankara et l’Occident – pris ici au sens de l’OTAN et de l’Union européenne (UE) – a cessé d’être simple. L’espoir initial d’un dialogue serein avec un gouvernement « islamiste modéré » respectueux du jeu démocratique et des accords stratégiques s’est étiolé au fil des crispations politiques et des brouilles diplomatiques d’Erdogan.
En moins d’un an, cet éloignement s’est transformé en crise, jusqu’à poser la question de l’avenir de la Turquie dans l’Alliance atlantique. La stabilité du pays, l’évolution de son armée et les orientations internationales de son exécutif constituent trois inconnues de taille face auxquelles il est pour l’heure difficile de manœuvrer, tant que la réflexion opposera intérêts stratégiques et valeurs politiques.
Un constat s’impose : la Turquie traverse des heures difficiles, et ce n’est une bonne chose pour personne. Le tableau est sombre : une tentative de putsch militaire ayant fait plusieurs centaines de victimes civiles ; une réaction gouvernementale, avec la mise en garde à vue de plus de 18 000 personnes au 3 août 2016 ; un coût indéniable pour l’économie du pays (chiffré à 90 milliards d’euros par les autorités) et pour son image ; un conflit kurde (avec le PKK) qui s’intensifie ; une population victime de plusieurs actes terroristes majeurs (comme l’attentat du 28 juin à l’aéroport d’Istanbul) ; une diplomatie en délicatesse avec les principaux partenaires et voisins...

Lire la suite sur Lemonde.fr

samedi 16 juillet 2016

Benoît Durieux (dir.), La guerre par ceux qui la font



 

Benoît Durieux (dir.), La guerre par ceux qui la font. Stratégie et incertitude, Editions du Rocher, Monaco, 2016


L’ouvrage dirigé par le général Benoît Durieux, directeur du Centre des hautes études militaires (CHEM – qui forme les futurs responsables des armées), constitue une publication importante à plus d’un titre. En premier lieu, il permet de renouer avec – ou de confirmer – une tradition de réflexion militaire française sur la guerre et la stratégie : les auteurs de ce volume sont des officiers du CHEM qui s’expriment ici à titre personnel, en marge de leur formation, ce qui mérite d’être salué. Ensuite, le niveau de formation, de réflexion, d’expérience des auteurs sollicités ici est naturellement précieux à tous ceux qui travaillent sur la guerre. L’auteur de ce blog, qui avait eu la chance d’être invité en 2013 par le général Duquesne, alors patron de l’IHEDN, à participer à une rencontre franco-chinoise à Pékin, au sein d’une délégation dont il était le seul civil, avait déjà été témoin de l’extrême maîtrise des dossiers, et de la qualité de réflexion critique de ceux qu’il est convenu d’appeler les « chemistes ». Enfin, les présentes contributions jettent de nombreuses passerelles en direction du monde universitaire : les papiers rassemblés ici à la fois intègrent très largement les grands débats académiques de war studies, et s’en démarquent (car bien évidemment le métier ni les finalités ne sont les mêmes) pour en être parfaitement complémentaires.

L’ouvrage est construit en trois partie, traitant de trois temps : celui du doute (l’incertitude), celui de la sagesse (stratégique), celui de l’action (les opérations militaires globales). L’introduction par Benoît Durieux (par ailleurs auteur de plusieurs travaux de référence, dont une thèse doctorale ensuite publiée, sur Clausewitz – à l’époque où l’on n’attribuait pas encore de doctorats sans thèse…) pose la problématique en insistant d’abord sur les « freins à la guerre ». Freins politiques et économiques d’abord, qui rendent la guerre coûteuse et impopulaire ; freins proprement militaires ensuite : il est de moins en moins cher d’entraver l’efficacité des systèmes d’armements les plus chers ; freins moraux enfin, en une époque où la guerre reste considérée comme la pire des solutions. Mais ce déclin de la guerre signe d’abord la fin d’une institutionnalisation et d’un contrôle de la violence. cette dernière est désormais le fait d’un plus grand nombre d’individus et non plus de seuls professionnels ; expulsée jadis de la citée pour être confinée au champ de bataille, longtemps limitée dans son emploi par la poursuite des intérêts politiques dont elle devait être l’instrument, elle rejette aujourd’hui ses chaînes, pour reprendre le titre de l’introduction. « L’asymétrie est devenue la règle » (p.15) dans un espace désormais mondialisé où la technologie permet des frappes à distance, et où un continuum s’est établi entre combattants et non combattants. La « pulvérisation de la violence » s’est imposée. La guerre pourtant, rappelle Durieux, est toujours le fait des hommes, et – grosso-modo – toujours pour les mêmes raisons, déjà identifiées par Thucydide : la peur, l’honneur (ou la croyance, les valeurs), l’intérêt.

Les articles qui suivent sont suffisamment variés pour que chacun y trouve son compte, et passent en revue de nombreux concepts, revisités par des acteurs dont la théorie n’est pas le métier (même si beaucoup d’entre eux n’ont rien à envier aux théoriciens). Asymétrie, surprise, transgression, foquisme et révolution (dans un parallèle original entre Guevara et Ben Laden), Clausewitz au Mali, politiques publiques de la défense (notamment rédaction comparée d’un Livre Blanc), dissuasion (comme intimidation, au-delà du nucléaire), nouveaux espaces (l’Arctique), stratégie des moyens, light footprint et ses limites parfaitement analysées, importation américaine du French way of warfare, lutte contre-insurrectionnelle, renouveau du rezzou en milieu désertique, mis en comparaison avec le swarming (attaque en essaim) maritime, et caractère transposable (ou plutôt non transposable) des concepts stratégiques américains à la puissance française (ce qui lancerait un bel agenda de recherche sur le fonctionnement de l’OTAN…) : il ne manque pas grand-chose, et nous tenons-là le manuel français d’études stratégiques tant attendu.

D’un point de vue universitaire, osons dire que l’exercice est rafraîchissant par son éloignement des séquences de références consacrées. Aux figures imposées se substituent des figures libres qui convoquent allègrement, dans le même volume, che Guevara, Gilles Kepel et T.E. Lawrence, pour un étrange melting pot dont l’originalité laisse à penser que c’est de ce type de hors-piste que viendra le salut.

La guerre par ceux qui la font, les livres par ceux qui les lisent, le terrain par ceux qui y vont : saine trinité pour un renouveau des études stratégiques.


mardi 28 juin 2016

La politique étrangère à l’heure des populismes


Dans L'opinion du 15 juin 2016

Imaginons un instant cet enchaînement, qui n’est plus à exclure : le 23 juin, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne ; Donald Trump est élu président des Etats-Unis en novembre ; en mai suivant, un président français est choisi avec une marge trop étroite face à Marine Le Pen, dans un pays de facto immédiatement clivé et paralysé ; quelques mois plus tard en Allemagne, Angela Merkel paie les séquelles de la crise des réfugiés, ou se retrouve avec une extrême droite puissante.

Les trois grands pays de l’Union européenne, quatre des piliers de l’Alliance atlantique, se retrouveraient alors, en même temps et pour plusieurs années, en crise interne et sans boussole. Ailleurs en Europe, le populisme - c’est-à-dire la mobilisation du peuple pour des raisons électoralistes sur la base d’un discours volontairement simplificateur – aura déjà frappé. Après une telle séquence, il est probable qu’il s’étendra encore. Notre rapport au monde ne peut en sortir indemne.

D’abord parce que les idéaux démocratiques en général, ceux de l’Union européenne en particulier, sortiront laminés par l’arrivée au pouvoir de candidats élus sur leur dénigrement. De cette crise des valeurs résultera nécessairement une crise de légitimité, de crédibilité et donc d’autorité internationale des pays concernés. L’UE comme l’OTAN deviendront les théâtres de divisions politiques funestes. La gestion des crises internationales devra se passer d’elles. En un mot, tout sera à revoir. Une page sera tournée, donnant à la période qui s’était ouverte avec la chute du Mur de Berlin, une issue pour le moins surprenante.

Lire la suite sur  L'Opinion.fr

Face au nouveau malheur arabe : de l’intérêt de possession à l’intérêt de milieu




Pour le site Global Brief (Toronto)



Samir Kassir avait identifié, dans ses Considérations, plusieurs facteurs à ce qu’il appelait le « malheur arabe » face à la modernité (S. Kassir, Considérations sur le malheur arabe, Actes Sud, 2004). Plus prosaïquement, les analyses récentes (voir par exemple The Economist, 14 mai 2016, The War Within) avancent souvent quatre dynamiques de l’effondrement de l’ordre politique arabe dans les dernières années : 1- l’échec du modèle autocratique ; 2- le caractère non soutenable du système d’économie de rente ; 3- les tensions entre religion et politique, particulièrement dans le monde sunnite ; 4- les interventions déstabilisatrices des Etats-Unis, suivies sous Barack Obama par un désengagement tout aussi déstabilisant. En cette année de centenaire des accord Sykes – Picot, bien d’autres hypothèses encore peuvent être avancées : un déclin des politiques étrangères arabes depuis une trentaine d’années face aux trois puissances régionales non arabes (Turquie, Israël, Iran) ; la non résolution du conflit israélo-arabe et la perception arabe d’un refus ou renoncement extérieur à traiter le sujet ; des questions de minorités et de réfugiés suspendues au point d’en devenir autant de conflits gelés… La liste est longue.
Il est pourtant un facteur commun à l’ensemble de ces maux : ils ont été engendrés il y a longtemps (soit du fait des acteurs régionaux eux-mêmes, soit des acteurs extérieurs), par la recherche de l’intérêt de possession qui caractérisait l’époque. C’est-à-dire par la conviction que dans un jeu à somme nulle, tout ce qui était gagné par l’un (pétrole, territoire, influence…) était perdu pour l’autre. Il fallait donc posséder, et empêcher l’autre de posséder ou d’accéder à des leviers qui puissent lui permettre de posséder un jour. Dans cette logique, il était utile de diviser pour régner, de cloisonner pour prévenir, de monopoliser le pouvoir pour tenir la société, d’avoir recours à des puissances extérieures pour consolider ses acquis.
Les temps ne sont plus à l’intérêt de possession mais à l’intérêt de milieu, c'est-à-dire à la construction d’un environnement stable et prospère, avec des voisins en mesure de participer à l’élaboration d’un cadre collectif autorisant le pacte de sécurité, l’échange ou les économies d’échelle. Dans cette perspective, l’absence de dialogue politique national dans beaucoup de pays arabes, la stagnation économique et sociale, l’absence d’inscription dans des logiques d’intégration régionales et globales, constitue une triple impasse suicidaire. Dans cette perspective encore, les recettes antérieures ne garantissent plus la stabilité mais précipitent au contraire la marche à l’explosion.

Lire la suite sur Global Brief